19h45

2012
Gagne, Mirika

Ce soir, pour la première fois, j’ai constaté la mort.

Pas la mort violente, sanglante. Pas non plus celle où, comme dans les films, tu reçois des morceaux d’intestin dans la face, ni celle où des gens crient de manière hystérique. Pas plus que celle où il y a des filles qui pleurent suffisamment pour faire couler tout leur mascara. Non. Juste la mort.

Froide... Raide… Silencieuse…

Je le savais qu’elle serait morte. C’est pour ça qu’on m’avait été appelé après tout. Il n’y avait rien dans toute l’histoire pour être surpris. Comme un cadeau déjà déballé. À la différence que c’était plus comme un cadeau que j’aurais préféré pouvoir retourner au magasin. Dommage qu’elle n’aille pas garder sa facture…

Elle était là, seule. Froide… Raide… Silencieuse… Fixant le vide sous ses paupières closent. La bouche grande ouverte, comme mise sur « pause » en plein milieu d’une inspiration… C’est peut être ça la mort : une inspiration. L’inspiration qui permet de mettre la touche finale sur l’oeuvre de sa vie. Peut-être bien aussi que c’était seulement sa manière à elle de permettre à son âme toute entière de déserter le navire. .. D'ailleurs, il n’y avait pas juste son âme qui l’avait abandonnée : jusqu’au dernier de ses globules avait eu peur d’elle, puis de sa mort. Ils avaient fuit avec les autres vers les profondeurs, question de profiter des dernières traces de chaleur, la laissant ainsi avec toute sa pâleur.

L’auscultation de sa boîte à musique n’a révélé que du silence. Quelqu’un avait omis de remonter le ressort…

La mort l’avait rendue amnésique. Elle ne se rappelait plus de son nom, ni de ce qu’était la douleur. Le mandat du cerveau était venu à échéance, passé date, périmé. Il était arrivé à la fin de son règne glorieux. Tout comme un roi sans héritier, il se trouvait là : sans relève. Rien ni personne pour passer les ordres, exécuter les commandes, faire travailler les muscles, donner signe de vie.

Les rideaux étaient tombés, la foule; rentrée à la maison et le concierge avait fermé les lumières. C’était un spectacle où il n’y aurait qu’une seule représentation, sans supplémentaire. C’était sa mort, la dernière. Froide... Raide… Silencieuse…

Heure du décès : 19h45.

Theme: Death and Dying | Décès et le mourir

Stories in Family Medicine | Récits en médecine familiale [Internet] Mississauga ON: College of Family Physicians of Canada. 2008 --.

Related

Stories
Copyright © 1996-2017 The College of Family Physicians of Canada