Message du président

Shirley Schipper, MD, CCMF, FCMF

La collaboration est essentielle pour faire progresser les soins virtuels au profit des patients

En tant que médecins de famille, nous devons constamment veiller à ce que nos patients puissent obtenir les soins dont ils ont besoin auprès du bon prestataire au bon moment. Nous voulons que les patients reçoivent des soins aussi près de chez eux que possible, mais parfois nous n’y parvenons pas.

La crise que nous traversons pendant cette pandémie de COVID-19 nous rappelle l’importance de trouver autant de moyens que possible d’aider les médecins de famille qui dispensent des soins aux premières lignes de la façon la plus sécuritaire possible, y compris en ayant recours aux services de télésanté et aux consultations virtuelles.

En février, un pas important a été franchi avec la publication de Soins virtuels : Recommandations pour la création d’un cadre pancanadien, le rapport final du Groupe de travail sur les soins virtuels.

Le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) a codirigé le groupe de travail avec l’Association médicale canadienne (AMC) et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (Collège royal). Le rapport décrit les démarches à prendre pour promouvoir l’excellence des soins virtuels dans notre pays et fournit un cadre de discussion qui, nous l’espérons, mènera à des mesures concrètes.

Les soins virtuels sont essentiellement une interaction à distance entre un patient et un prestataire de soins de santé à l’aide d’un support de communication ou d’une technologie quelconque. Nous sommes nombreux à déjà utiliser les soins virtuels dans le cadre de notre pratique — des appels téléphoniques aux courriels en passant par les textos avec nos patients. Cependant, notre façon de communiquer et les ressources dont nous disposons varient.

Le groupe de travail a défini quatre aspects clés à considérer :

  • Interopérabilité et gouvernance
  • Permis de pratique et qualité des soins
  • Modes de rémunération
  • Éducation médicale

Dans l’ensemble, nous savons que les patients s’intéressent aux soins virtuels. Un sondage Ipsos Global Advisor de 2018 a révélé qu’au Canada, seulement 9 % des répondants déclaraient avoir déjà eu une consultation virtuelle, mais 44 % ont dit qu’ils tenteraient l’expérience si cette option leur était offerte. Pour que ce domaine évolue correctement et pour éviter que s’accentue la fragmentation des services, nous avons besoin de normes appropriées, d’une coopération interprofessionnelle et d’un soutien gouvernemental.

Alors que nous envisageons la suite, j’aimerais réitérer un point soulevé par le Dr Ewan Affleck lors du lancement du rapport en février. Dr Affleck, un médecin de famille de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, a beaucoup contribué à l’avancement des soins virtuels ; il a d’ailleurs été coprésident du groupe de travail du CMFC. Lors de son intervention, il a fait remarquer que la technologie qui soutient les soins virtuels existe depuis des décennies. Ce dont nous avons réellement besoin maintenant, c’est que les gens travaillent ensemble pour faire progresser l’utilisation coordonnée des soins virtuels.

Je suis fière de ce que le CMFC, le CMA et le Collège royal ont accompli avec ce groupe de travail. Je vous encourage à lire le rapport pour obtenir tous les détails.

Je tiens à vous remercier, chers collègues, de votre dévouement alors que vous travaillez fort pour prendre soin de vos patients et de vos communautés durant cette période exceptionnellement difficile. Même s’il peut sembler difficile présentement de s’accorder une pause, je vous encourage à prendre aussi soin de vous. Ensemble, nous traverserons cette épreuve.

Copyright © 1996-2020 Le Collège des médecins de famille du Canada