Passer au contenu principal
Dr Irving Vinger

Dr Irving Vinger
MD, CCMF, MV

Delray Beach (Floride)

Dr Irving Vinger estime que les médecins de famille jouent un rôle primordial dans la communauté. « Il ne suffit pas d’avoir une petite pratique et d’enseigner. Nous devons nous impliquer par d’autres moyens. » Pour Dr Vinger, ceci s’est traduit par les rôles de conseiller scolaire à London et de militant pour un système à payeur unique en Floride. 

Dr Vinger, qui a grandi à Montréal, au Québec, a obtenu son diplôme de la faculté de médecine de l’Université McGill en 1966. Après un internat d’un an à l’Hôpital général juif, il souhaitait suivre davantage de formation. Il a donc saisi l’occasion de s’inscrire à un nouveau programme de résidence de deux ans en médecine familiale offert à l’Université McMaster. 

« Diplômé de McGill dans les années soixante, on se voyait devenir soit chercheur, soit spécialiste, » déclare le DrVinger. « Je ne pouvais pas m’imaginer avec un champ de pratique aussi étroit. » 

La médecine de famille et McMaster se sont avérés de bons choix. « McMaster m’a donné une vue holistique sur mes rôles de médecin de famille et d’enseignant. Je tire beaucoup de satisfaction de la résolution des problèmes conjointement avec les résidents et les stagiaires. Pour bien comprendre l’historique d’une maladie ou d’un problème d’un patient, nous devons poser des questions, écouter de manière critique et résoudre des problèmes. Nous devons aussi militer pour les intérêts de nos patients. » 

Dr Vinger a passé les six premières années de sa carrière à London, en Ontario, travaillant avec le Dr Ian McWhinney au nouveau département de médecine familiale à l’Université Western Ontario (maintenant l’Université Western). Il a bien aimé vivre à London avec sa famille : il est devenu conseiller scolaire après avoir constaté que l’école lui envoyait plusieurs jeunes avec des problèmes de comportement pour consultation. Il a réalisé que ces enfants étaient touchés par des problèmes familiaux ou communautaires, et croyait fermement que l’école devait les soutenir, et non pas les mettre à l’écart. Son plaidoyer pour ses jeunes patients a mené à une invitation à poser sa candidature au poste de conseiller scolaire. 

En 1976, il a été invité à se joindre à la faculté de médecine familiale à l’université de Miami, ce qui marqua le lancement d’une carrière enrichissante en Floride. La faculté ouvrait un certain nombre de centres d’enseignement en médecine familiale à Miami. Il a occupé le poste de professeur adjoint permanent à temps plein à l’université, et a été président du conseil de l’ombudsman des comtés Dade et Monroe, responsable de la supervision de centres de soins de longue durée et de soins aux personnes âgées. 

« La médecine familiale aux É.-U. est différente de celle du Canada. C’est vraiment une pratique axée sur les maladies des patients adultes, » décrit le DVinger. « Je suis très fier d’avoir pu ouvrir plusieurs pratiques axées sur la famille à Miami et d’avoir fourni des soins aux personnes sans assurance-maladie. » 

Afin d’aborder les défis liés à l’assurance-maladie, Dr Vinger et ses collègues ont milité pour un système à payeur unique à l’échelle de l’État. Dès 1989, ils ont travaillé avec le leadership des Démocrates de la législature de l’État. En 1992, un projet de loi a été passé par chaque comité nécessaire avec le soutien des Démocrates et des Républicains, mais à la dernière étape, le gouverneur de l’État ne l’a pas soutenu et le projet est mort au feuilleton. « L’industrie des assurances exerçait tout simplement trop d’influence, » ajoute-t-il. « Si le projet de loi avait été adopté, les É.-U. se trouveraient aujourd’hui dans une situation complètement différente. » 

Malgré cette déception, Dr Vinger est très satisfait de sa carrière. Et il aime toujours autant le climat de la Floride.
Ressources

Aucun résultat trouvé.

Aucun résultat trouvé.