Passer au contenu principal

 Solutions en éducation pour renforcer les soins de santé face au changement


 

Rapport final et recommandations du
Projet sur les finalités d’apprentissage


OTP Report cover

 

Le Projet sur les finalités d’apprentissage :

Quelles sont les prochaines étapes ?


Le Projet sur les finalités d’apprentissage : Quelles sont les prochaines étapes ?

Synthèses des données probantes

Summary Data
Summary 2 Defining Preparedness
Summary 3 Prepared Practice
Summary 4 Inquiry Comparing
Summary 5 Number of FP
Summary 6 Understanding Distribution
Summary 7 Scope of Practice
Summary 8 Practice Choices
Summary 9 International Review
Summary 10 COVID-19
Summary 11 Optimal
 
 

 

Quoi de neuf

Close up of a young family at a Pediatrician's Office

Projet sur les finalités d’apprentissage – projets d’érudition

Impacts of the Certificates of Added Competence credentialling program: a qualitative case study of enhanced-skill family medicine practice across Canada

Automne 2022
Soyez des nôtres pour obtenir de plus amples renseignements sur le Rapport et les recommandations du Projet sur les finalités d’apprentissage et pour participer à la discussion.


Octobre 2022
Le CMFC présente des recommandations en vue du budget fédéral de 2023


Janvier 2022
Préparer la relève en médecine de famille

Lire le communiqué sur le rapport et les recommandations du Projet sur les finalités d’apprentissage.
 
 

Le récit du Projet

Le Statu quo n’est plus une optionHappy family with three kids on summertime

Les patients rencontrent des obstacles dans l’accès aux soins. Souvent, ils ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin dans un système de soins de santé de plus en plus surchargé, complexe et fragmenté.

Les médecins de famille prennent en charge des patients plus malades, qui présentent une plus grande complexité et plus de comorbidités. Cela survient dans un contexte instable marqué par le vieillissement de la population, des bouleversements sociaux, une crise des opioïdes, des nouvelles technologies, des avancées médicales et des changements aux systèmes de santé, le tout couronné d’un taux élevé d’épuisement professionnel des médecins.

Les médecins de famille sont un élément clé de l’amélioration de l’accès, de la coordination et de la prestation des soins pour répondre à nos enjeux sociaux qui se font des plus pressants et les programmes de résidence basés dans les universités jouent un rôle primordial dans le recrutement de médecins de famille et leur préparation à se joindre à la main-d’œuvre médicale.

Le besoin de changements est criant. Il est donc impératif d’investir dans la médecine de famille, puisqu’il s’agit d’un élément clé de la transformation du système de santé.


 

Dans ce contexte marqué par des changements constants, le Projet sur les finalités d’apprentissage pose une question centrale et y répond : Que devons-nous faire pour mieux préparer et soutenir les médecins de famille de la relève ?

The Outcomes of Training Project




À quoi ressemble la responsabilité sociale dans la formation en médecine de famille au Canada ? Un modèle logique pour le changement



Notre engagement envers la discipline

 

Family Medicine Professional Profile coverQui nous sommes, ce que nous faisons, comment nous le faisons

Profil professionnel en médecine de famille Profile
Profil de formation pour la résidence
CanMEDS-Médecine familiale
CanMEDS-Médecine familiale : Document d’accompagnement sur la santé autochtone
Objectifs d’évaluation pour la certification en médecine de famille
Centre de médecine de famille
 

 



Remplir cet engagement par l’intermédiaire de la formation en résidence


 

Cursus Triple C axé sur le développement des compétences

Profil de formation pour la résidence

 


Ce que nous avons appris

1. La médecine de famille va au-delà des soins primaires.

2. Les données actuelles ne permettent pas de bien évaluer l’impact de nos diplômés sur le système de santé.

3. La globalité des soins offerts par les médecins de famille en début de carrière diminue ; cette situation est multifactorielle.

4. Le choix de pratique en début de carrière est lié au lieu de formation, à l’exposition durant la formation et à l’accès à des modèles de pratique qui soutiennent l’apprentissage.

5. La compétence est nécessaire, mais insuffisante pour se sentir prêt pour la pratique.

6. Il y a des lacunes et des améliorations à apporter dans la formation auxquelles nous devons accorder la priorité.

7. Les programmes de formation en médecine de famille manquent de ressources et nécessitent une durée de formation plus longue.

 



Recommandations pour encadrer la formation à l’avenir

Group of healthcare workers and patients of different ages in a huddle all with hands in smilingLe CMFC présente des recommandations éducatives axées sur les données probantes, qui s’appuient sur le Profil de formation pour la résidence en tant que vision collective de la relève en médecine de famille, et présentent les ressources et les mesures requises pour sa mise en œuvre.

Elles réclament une plus grande responsabilité et un renforcement de la capacité d’évaluer les finalités d’apprentissage en appliquant une approche axée sur l’amélioration continue afin d’atteindre notre objectif de responsabilité sociale.
 

Ce rapport est un appel à l’action pour plus d’investissement dans la formation des médecins de famille comme élément clé de l’accès à des soins de qualité, complets et globaux pour les patients. Pour le CMFC, la prochaine étape consiste à mettre en œuvre et soutenir des innovations qui combinent l’éducation et la réforme en santé, pour un meilleur accès et une meilleure équité en santé.

What's New

Outcomes of Training Project scholarship

Preparedness for Practice and Practice Choices: A Mixed-Methods Study on the Perspectives of Early-Career Family Physicians in Canada

Impacts of the Certificates of Added Competence credentialling program: a qualitative case study of enhanced-skill family medicine practice across Canada

January 2022
Preparing our Future Family Physicians

Read the information release for the Outcomes of Training Project report and recommendations.

September 2021
The CFPC urges new federal government to strengthen access to primary health care


September 2021
Access to high-quality comprehensive continuous primary care close to home is a foundational component of an effective health care system

Messages clés et foire aux questions

  • Nos messages clés

    1. Les médecins de famille du Canada sont compétents, sont bien formés dans les programmes universitaires de résidence et répondent aux normes pédagogiques élevées établies par le CMFC.
    2. Le CMFC a entrepris une étude critique de la formation des médecins de famille et présenté des recommandations dans son rapport intitulé Préparer la relève en médecine de famille : Solutions en éducation pour renforcer les soins de santé face au changement, pour que nos médecins de famille puissent continuer de répondre aux besoins changeants des patients et des communautés.
    3. Il est important d’établir un lien plus solide entre l’éducation et la pratique afin de soutenir les diplômés et de leur permettre d’exercer la médecine de la façon que nous considérons comme la plus efficace et la plus enrichissante professionnellement. Le fait d’enrichir la formation en exposant les apprenants à la vision de la pratique du Centre de médecine de famille leur permettra d’apprendre au contact d’autres professionnels de la santé et d’élargir leurs compétences en travaillant dans des équipes interprofessionnelles.
    4. Les changements recommandés, notamment l’ajout d’une troisième année de résidence, visent à améliorer l’accès aux soins de santé pour les patients en s’assurant que les médecins de famille sont mieux outillés pour :
      • Prodiguer des soins à leurs patients et à leur communauté pour répondre à leurs besoins en santé changeants et complexes, dans divers milieux
      • Utiliser les nouvelles technologies qui favorisent l’accès aux soins et leur continuité
      • Exercer dans des régions rurales et éloignées
      • Fournir des soins culturellement sécuritaires
    5. Le CMFC travaillera étroitement avec les universités et autres intervenants clés pour les accompagner dans le processus de changement. Les normes pédagogiques du CMFC intégreront les changements découlant de ces recommandations à partir de 2027. Plus de renseignements à venir à ce sujet.
    6. Les changements recommandés relativement à la formation sont nécessaires, mais ils ne suffiront pas à eux seuls à améliorer l’accès aux soins pour les patients. Les réformes de l’éducation doivent être complémentées par des réformes du système de santé, comme le prescrit la vision du Centre de médecine de famille, afin de réaliser le plein potentiel de la médecine de famille dans un système de santé transformé.
  • Notre projet video

  • Le Projet sur les finalités d’apprentissage — dix points de discussion

    Pourquoi le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) a t il mené le Projet sur les finalités d’apprentissage ?

    Nous traversons une époque mouvementée et changeante. Or, nous voulons nous assurer que la formation suit le rythme de l’évolution du rôle des médecins de famille, des percées médicales et technologiques, ainsi que des besoins et des tendances de notre société en matière de santé. Nous voulons nous assurer que tous les diplômés sont prêts à pratiquer dans leur plein champ d’exercice n’importe où au Canada, surtout dans les communautés mal desservies, et qu’ils obtiennent un bon soutien dans leur transition vers la pratique. Le Projet sur les finalités d’apprentissage a établi un processus d’amélioration continue de la qualité (ACQ) où nous avons défini les résultats souhaités, évalué la formation par rapport à ces objectifs, et formulé des recommandations pour l’amélioration. Ces recommandations ont été publiées en janvier 2022 dans le cadre du rapport intégral sur le Projet sur les finalités d’apprentissage, en plus de 11 résumés fondés sur des données probantes qui ont alimenté cette analyse critique (www.cfpc.ca/relevemf).

    1. La formation en médecine de famille au Canada est excellente et nous voulons qu’il en reste ainsi. Il est plutôt question d’ACQ dans nos normes pédagogiques.
      Le maintien de normes élevées exige une révision et un ajustement périodiques du cursus. Il s’agit d’une évolution naturelle, et non d’une critique de la formation actuelle. Notre organisation est très fière des médecins de famille du Canada et leur témoigne toute sa reconnaissance.
    2. Nous avons fait nos devoirs et entamé un vaste processus de consultations, en fonction de la question à traiter.
      Pour comprendre la réalité de l’exercice de médecine de famille, les changements auxquels elle fait face et la façon dont la résidence devrait évoluer, nous avons mené une recherche sur le terrain auprès de centaines de médecins de famille et d’enseignants chevronnés. Ce processus a donné lieu au Profil de formation pour la résidence en médecine de famille (www.cfpc.ca/pfr), publié en mai 2021. Pour comprendre les ressources nécessaires à l’amélioration de la formation, nous avons consulté les responsables des programmes universitaires (directions de programme et de département). Pour évaluer l’impact sur les apprenants ainsi que leurs perspectives, nous avons consulté la Section des étudiants en médecine du CFMC et le Comité sur les cinq premières années de pratique de la médecine familiale. Pour obtenir des données probantes sur l’état de préparation à la formation et sa durée optimale, nous avons effectué une analyse de méthodes mixtes, dont une revue de la littérature, une analyse du contexte international, des entretiens avec des groupes de discussion composés de médecins de famille en début de carrière et une analyse des données du Sondage longitudinal sur la médecine familiale du CMFC. Les sommaires de ces données se trouvent sur la page Web de notre projet (www.cfpc.ca/relevemf).
    3. Les recommandations relatives à la formation soutiennent une vision de l’avenir de la médecine de famille.
      Cette vision comprend les médecins de famille qui fournissent des soins plus complexes, qui travaillent en équipe et qui améliorent l’accès et les soins pour et avec les communautés mal desservies. D’autres fournisseurs de soins, comme les infirmières et infirmiers praticiens, participeront de plus en plus aux soins de routine, tandis que les médecins de famille assumeront le leadership médical pour les soins aux patients plus complexes et la continuité des soins dans d’autres contextes, y compris les hôpitaux. Cette vision est fondée sur une consultation avec des médecins de famille en exercice et fait état des réalités actuelles, des défis et des aspirations pour l’avenir de la discipline.
    4. Des améliorations sont nécessaires pour renforcer l’état de préparation des médecins et répondre aux besoins de la société.
      Ces améliorations comprennent davantage de possibilités de consolider les compétences, notamment dans certains domaines comme les soins de courte durée, ainsi que les habiletés techniques et les soins complexes ; l’approfondissement des compétences dans des domaines prioritaires et l’acquisition de plus d’expériences pratiques, variées et avancées dans le cadre d’une transition mieux encadrée vers la pratique.
    5. Une formation plus longue permet d’apporter les améliorations nécessaires qui ne sont pas possibles au cours de la période de formation actuelle de deux ans.
      Nous ne devrions pas être surpris ni remettre en question le fait que nous avons du mal à tout faire en deux ans, car nous manquons gravement de ressources (le temps étant une ressource importante en formation). Selon les comparaisons internationales, le Canada a le champ d’application le plus vaste et la formation en médecine de famille la plus courte au monde comparativement à d’autres pays, comme les États Unis et l’Australie (trois ou quatre ans) où les médecins de famille sont également impliqués dans les soins hospitaliers, les soins d’urgence et les soins obstétricaux, et servent les communautés rurales et éloignées. La consultation avec des leaders pédagogiques a confirmé que la formation doit être prolongée pour tenir compte des changements recommandés.
    6. Les étudiants en médecine valorisent une formation qui mène à une carrière enrichissante.
      Des préoccupations ont été exprimées sur la façon dont les étudiants réagiront à la perspective d’une formation plus longue. Nous avons tenu des discussions avec le leadership étudiant à ce sujet. Nous savons que les étudiants s’intéressent beaucoup à « l’année additionnelle » de formation en compétences avancées, et il est donc clair qu’ils sont prêts à consacrer plus de temps à la formation s’ils obtiennent les résultats escomptés. C’est ici que les efforts actifs pour faire évoluer la pratique deviennent essentiels et que les possibilités d’innovation pédagogique liées à la pratique peuvent être utiles. Les résultats préliminaires d’études pilotes menées aux États Unis sur la formation prolongée de quatre ans en médecine familiale s’avèrent prometteurs. Les facultés participantes n’ont pas enregistré de baisses des demandes, et les étudiants qui s’y intéressent davantage sont ceux particulièrement enclins à élargir leur champ de pratique afin d’inclure d’autres dimensions telles que les soins hospitaliers. Lors de nos consultations, les préoccupations exprimées portaient sur le revenu et le niveau d’endettement. Le CMFC partage ces préoccupations et milite activement pour l’allègement de la dette étudiante.
    7. Une formation plus longue est une recommandation. La planification de sa mise en œuvre vient d’être amorcée.
      Prolonger la formation n’est pas un mandat et n’est pas immédiatement réalisable pour les programmes. Nous avons du chemin à parcourir avant que ce ne soit une réalité. Nous sommes au tout début de la phase de planification de la mise en œuvre, et examinons les ressources, l’atténuation des risques et les relations avec des partenaires. Alors que nous effectuons ce travail, nous n’apporterons aucun changement aux normes de formation du CMFC pendant au moins cinq ans.
    8. Le CMFC continue de soutenir la formation en compétences avancées et les Certificats de compétence additionnelle.
      Nous soutenons pleinement les Certificats de compétence additionnelle (CCA) qui sont si importants pour la prestation de soins, autant pour les communautés rurales qu’urbaines et mettons davantage l’accent sur les soins avancés et le leadership. Les résidents ne devraient pas avoir besoin d’une formation en compétences avancées simplement pour inclure des éléments comme l’obstétrique, les soins palliatifs, les soins de longue durée, etc. dans leur champ d’exercice global. La reconfiguration de cet aspect par rapport aux changements apportés à la formation de base sera déterminée au cours de la prochaine année et demie. C’est pourquoi il y a encore beaucoup d’incertitude à l’heure actuelle. Nous travaillerons avec des partenaires en enseignement et des sociétés de spécialistes pour planifier le changement.
    9. Nous traversons une époque difficile pour effectuer un grand changement et nous nous adapterons au besoin.
      Nous tenons à remercier les médecins de famille et les leaders pédagogiques pour leur engagement et leur service extraordinaires durant la pandémie. La reprise pourrait prendre un certain temps et la capacité de changement pourrait être limitée. L’on s’inquiète de la baisse d’intérêt des étudiants en médecine pour la médecine de famille comme choix de carrière. Tous ces éléments se regroupent pour aboutir à ce que nous considérons comme une crise en médecine de famille, que le CMFC prend au sérieux. Nous sommes à l’écoute et nous ajusterons notre démarche en fonction de ce que nous apprendrons en collaboration avec nos partenaires clés.
    10. Nous savons qu’une formation accrue n’est qu’une pièce du casse tête.
      Le CMFC milite pour des changements substantiels afin d’aborder les nombreux enjeux auxquels sont confrontés les médecins de famille et la médecine de famille, et transmettra plus d’information sur ses activités de plaidoyer et les gestes posés au cours des prochaines semaines.
  • Quels changements aux programmes d’études sont-ils anticipés ?

    Les changements apportés au programme d’études accorderont un regain d’importance à la formation dans la pleine portée des soins complets et globaux, telle qu’elle est clairement définie par le Profil de formation pour la résidence du CMFC. Cette vision, fondée sur Profil professionnel en médecine de famille, peut être réalisée moyennant une formation plus longue.
    Plus particulièrement, nous allons :
    • Accroître la formation dans les domaines liés aux besoins sociétaux tels que les soins de longue durée et les soins à domicile ; la santé mentale et les toxicomanies ; la santé autochtone ; la sécurité culturelle et les soins tenant compte des traumatismes ; la lutte contre le racisme ; les soins virtuels et les technologies informatiques en santé
    • Mettre davantage l’accent sur le développement d’une expertise adaptative en tant qu’élément essentiel de la préparation au généralisme, de la capacité de répondre aux besoins changeants de la communauté et de la gestion du haut niveau de complexité et d’incertitude médicale inhérent à la pratique de la médecine de famille
    • Apporter des améliorations pour soutenir l’implication grandissante des médecins de famille dans le leadership du système de santé, la santé publique et de la population, et l’amélioration de la pratique, particulièrement dans les communautés mal desservies
    • Accroître les possibilités de formation et de pratique conformément à des visions des soins en équipe, interdépendants et fondés sur des données probantes, comme celle du Centre de médecine de famille (CMF)
    • Mieux définir des attentes pour les programmes de compétences avancées menant à un Certificat de compétence additionnelle (CCA) afin qu’ils soient davantage centrés sur le développement du leadership au sein du système de santé et sur le soutien de soins primaires complets, globaux et compatibles avec des visions des soins semblables à celle du CMF
    • Prolonger la période de formation (passage de deux à trois ans), ce qui sera nécessaire à la mise en place des améliorations devant être apportées aux programmes d’études
  • Pourquoi le changement doit-il s’opérer maintenant ?

    Les médecins de famille sont appelés à répondre à des besoins en santé et sociétaux de plus en plus complexes. Ils doivent également prendre en charge une population vieillissante qui présente de multiples problèmes de santé. La formation des médecins de famille doit évoluer au rythme de ces changements. La pandémie de COVID-19 met en évidence les inégalités et la fragmentation que connaît actuellement le système de soins de santé. Il est donc primordial que le système de santé soit restructuré de manière à favoriser des modèles de pratique en équipe pleinement intégrés, comme le décrit la vision du Centre de médecine de famille, dans le but d’assurer la coordination des soins et le soutien aux praticiens de soins primaires. La formation doit aller de pair avec des modèles de soins réformés et doit les appuyer. Le gouvernement fédéral s’est engagé à assurer à chaque Canadien et Canadienne l’accès à un médecin de famille ou à une équipe de soins primaires. Pour y parvenir, la réforme de la formation doit se faire en parallèle avec celle du système de santé. Un investissement accru dans la formation des médecins de famille est un volet essentiel de la démarche qui vise à assurer à la population canadienne un accès équitable et en temps opportun à des soins complets et globaux. Les données révèlent que nos diplômés sont beaucoup plus enclins à la pratique en groupe ou en équipe, comme le préconise le CMF, et qu’ils sont frustrés de ne pouvoir travailler de cette façon dès l’obtention de leur diplôme. Il est à la fois opportun et d’une importance cruciale que soit entreprise une réforme du système de santé conjointement avec une réforme de l’éducation, car cela permettra de recruter et de retenir les médecins de famille et d’atteindre les objectifs relatifs à la main-d’œuvre dans le secteur de la santé.
     
  • Quand et comment procéder ? Mise en œuvre des recommandations

    Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos partenaires universitaires pour mettre en œuvre ces recommandations et créer un Groupe de travail sur la réforme de l’éducation, qui nous aidera à guider cette réforme. Le CMFC apportera des changements à ses normes d’agrément des programmes de résidence dans cinq ans (2027). Ce délai favorisera une approche responsable d’engagement au changement ainsi que la disponibilité des ressources nécessaires pour appuyer ce changement. Nous travaillons également en étroite collaboration avec nos sections provinciales et nos partenaires universitaires afin de défendre, auprès des gouvernements fédéral et provinciaux, ces recommandations qui amélioreront l’exercice de la médecine de famille au profit de toute la population canadienne.
     

Aucun résultat trouvé.

Aucun résultat trouvé.

Aucun résultat trouvé.